Le pourboire dans les restaurants américains (Tip ou gratuity)

Le pourboire au restaurant n’a pas du tout la même importance ou signification aux Etats-Unis qu’en Europe. C’est en effet une partie significative des revenus des serveurs, et pour tout dire la plupart du temps, l’essentiel de leurs revenus. Autrefois, le « tip » (ou gratuity) représentait même traditionnellement l’intégralité de la paye des serveurs dans la restauration. Ce n’est plus totalement le cas depuis la création d’un salaire minimum aux Etats-Unis, en 1938, en plein coeur de la grande dépression.

 
Néanmoins, dans la plupart des Etats, l’employeur n’est pas tenu de verser la totalité du montant du salaire horaire minimum, mais uniquement un taux plancher, si tant est que la somme de ce qu’il verse et des pourboires récoltés directement par le serveur atteigne au moins le salaire horaire minimum légal. Pour la Floride par exemple, ce taux plancher est de 4.19$ de l’heure (environ 3 euros). Autant dire tout de suite que les employés de la restauration vivent principalement des pourboires qui ne représentent pas une petite « prime » au service de qualité, mais l’essentiel de leur rémunération. 
 
Cette tradition américaine est un peu déstabilisante au départ pour les étrangers. Pourtant, une fois que l’on s’y est habitué, elle présente certain vrais avantages, et peut au contraire constituer une pratique fort agréable pour le client. En effet, étant donné que le serveur qui s’occupera de vous se révèle payé majoritairement par votre « tip » et non par le salaire de son employeur légal (le propriétaire du restaurant), il se crée une relation directe entre le client et son serveur. En résumé, le serveur travaille au moins autant pour vous que pour son employeur et cela se ressent fortement dans l’attention qu’il portera à vos requêtes. D’une manière générale, les serveurs sont très accueillants et très arrangeants avec les clients. Qualité de l’accueil des jeunes enfants, possibilité de partager une entrée ou un dessert à plusieurs, proposition de préparer les restes non consommés à emporter : on est parfois surpris de l’attention qu’on se trouve en droit d’attendre du personnel de restauration aux Etats-Unis. Dans certains cas, le serveur sera même un véritable allié du client dans son rapport au restaurant ou aux cuisines, n’hésitant pas à rapporter une viande trop cuite par exemple, dès lors que sa rémunération se trouve susceptible d’être mise en danger par une mauvaise expérience du client. Et au-delà de cette réelle qualité de service qu’induit l’indexation quasi totale de la rémunération du serveur sur la participation volontaire du client via le tip, on se surprend avec l’habitude à prendre plaisir à cette relation directe entre client et serveur, à cette possibilité de peser positivement dans la récompense du travail bien fait. Il y a quelque chose de très américain dans la survivance de cette pratique, qu’il est agréable de partager, et de contribuer à faire perdurer. 
Pour finir sur l’aspect pratique des choses, comme vous l’avez compris, le pourboire n’est pas optionnel, mais essentiel. Le montant classiquement admis du pourboire au restaurant est de 15 à 20 % du total de la facture avant l’application des taxes. Aini par exemple en Floride, la sale tax perçue par l’Etat est de 6%, auxquels s’ajoutent des taxes locales propres à chaque comté, soit une taxe totale qui s’établit entre 6 et 7.5% selon la localité. La pratique courante consiste donc à doubler ou tripler le montant de la taxe affichée sur la note pour estimer facilement le niveau du pourboire (à moduler évidemment en fonction de votre satisfaction). Il est également à noter que certains établissements prévoient un calcul forcé des « gratuity », c’est-à-dire du montant du service, en appliquant une charge de 18%, notamment lorsque le nombre de convives est important (plus de 6 par exemple). C’est notamment vrai dans les zones très touristiques. Dans ce cas de figure, qui doit théoriquement être clairement indiqué sur le menu, il n’est évidemment pas nécessaire de laisser de tip en plus. Faites y attention en consultant le menu et surtout votre note, pour ne pas être surpris, ou encore vous retrouver à payer deux fois le tip par inadvertance.
Dernier point : si vous payez par carte de paiement, dans la plupart des restaurants, le ticket de carte bancaire qui vous sera présenté à signer comportera un emplacement pour vous permettre d’ajouter le tip directement à votre paiement par carte. Il vous suffit alors de mentionner le montant du pourboire, et de reporter le montant du nouveau total juste en dessous, dans la case appropriée. Dans ce cas, c’est l’employeur qui reversera le tip à son employé. Si en revanche vous souhaitez verser le tip directement en cash, pensez bien à barrer la case Tip sur le ticket de carte bancaire au moment de signer (dans certains établissements peu délicats, on a déjà vu des employés remplir eux-mêmes et généreusement une case tip laissée vide après que le client eut signé et quitté le restaurant).
 

Crédits Photo Consumatron & Manny Hernandez

Retrouvez tous nos articles regroupés par thématique pour préparer votre voyage aux Etats-Unis.

Le Coaching

Enfin, nous essayons de faire profiter les voyageurs de nos conseils via le Blog, et pour ceux qui souhaiteraient un accompagnement beaucoup plus poussé et personnalisé, nous avons lancé fin 2010 une prestation de coaching : nous élaborons pour vous un circuit complètement adapté à l’âge des participants, à vos goûts et attentes et votre budget, un séjour à votre rythme qui vous permettra de découvrir une Amérique authentique, de participer à des évènements typiques très prisés par les américains (manifestation sportive, festivals locaux, rodeo, compétition de barbecue …). Nous vous aiderons également à trouver les meilleurs prix pour vos billets d’avion, la location de votre voiture et vous apprendrons la meilleure façon de se loger à moindre coût. Plus d’information sur la Prestation de Coaching Voyager Aux Etats-Unis.

1 Commentaire

  1. Voyageur itinérant

    Il est vrai que ce mode de rémunération est assez perturbant au début et cela change vraiment la note finale donc il faut vraiment y penser quand on regarde les prix de la carte (ainsi qu’au taxe évidemment!!!).
    Mais surtout il ne faut jamais l’oublier, cela m’est arrivé lors de mon premier séjour aux Us et j’avoue que la tête du serveur restera gravé à jamais dans ma mémoire…Maintenant je n’oubli jamais.
    Même quand on trouve que le service est nul il faut laisser quelque chose, la variable c’est le % que l.on laisse…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *