Visiter Los Angeles à pieds – Circuit de découverte pédestre de Hollywoodland

Partez à la découverte de Hollywoodland, le quartier qui a donné naissance au Hollywood Sign, érigé pour en faire la promotion immobilière. Cette balade vous conduira à travers les collines d’Hollywood, au milieu des villas étonnantes, dans un quartier calme et peu touristique, surplombé par le mythique Hollywood Sign. L’itinéraire de 3km empruntera 6 escaliers secrets et vous fera découvrir une autre facette méconnue d’Hollywood, loin des néons des cinémas. Ce sera également l’occasion d’en connaître plus sur l’histoire et la fondation de la ville d’Hollywood et du quartier de Hollywoodland pour lequel sera construit le Hollywood Sign.

Balade dans les escaliers de Hollywoodland : découverte des collines d’Hollywood, sous le Hollywood Sign

 

Rejoignez en voiture North Beachwood Drive que vous remonterez vers le nord en direction de l’intersection de Westshire Drive. En approchant de l’intersection, essayez de trouver une place de stationnement : il n’existe aucun parking public à proximité, il faudra donc trouver une place dans la rue. LE stationnement est gratuit sur North Beachwood Drive mais respectez bien les zones d’interdiction ponctuelle, notamment les zones peintes en rouge le long du trottoir. Attention également aux horaires de “street cleaning” (normalement le lundi de 10h à midi mais vérifiez les panneaux le long des trottoirs et si vous êtes le seul garé au bord d’un trottoir, dites-vous que c’est suspect). Il y a peu de places disponibles, mais en s’éloignant un peu au sud de l’intersection de Westshire Drive, on finit toujours par en trouver.

Puis rejoignez à pieds l’intersection North Beachwood et Westshire Drive. Juste avant de rejoindre l’intersection, vous passerez par les Two Stone Gates qui marquaient l’entrée de Hollywoodland. Tout commença en 1886 quand un promoteur immobilier du nom de H.J. Whitley, qui avait fait fortune sur la Frontière, arriva à Los Angeles pour sa lune de miel. Whitley obtenait des concessions de terrains dans des étendues désertes le long des nouvelles voies ferrées et aidait à construire des villes nouvelles. Il avait déjà fondé plus d’une centaine de villes dans les territoires de l’Oklahoma, du Dakota et du Texas, et comptait bien poursuivre ces mêmes développements sur ce nouveau territoire. Au cours de sa lune de miel à Los Angeles, Whitley entreprit de gravir les collines au nord de la ville. Arrivé au sommet, il croisa un travailleur chinois qui conduisait un chariot rempli de bois. Il lui demanda ce qu’il faisait là, et l’homme lui répondit “I’m hauling wood” (je transporte du bois), avec un fort accent. Whitley entendit “I holly wood”. Il décida que le nom était parfait, et que cette étendue au pieds des collines au nord de Los Angeles était l’endroit parfait pour développer une nouvelle ville en périphérie de ce qui commençait à être une déjà grande métropole. Whitley racheta un immense ranch qui s’étendait de l’actuel Hollywood Boulevard jusqu’au pieds de collines, et commença à faire tracer des rues (dont une Whitley avenue qui existe toujours) et à délimiter des parcelles. Pour attirer les investisseurs, il fit construire le Hollywood Hotel au croisement de Prospect Boulevard et Highland Avenue (à l’emplacement de l’actuel Hollywood & Highland Center) et la ville de Hollywood fut officiellement incorporée en 1903. En 1910, Hollywood était rattaché à Los Angeles afin de gagner un accès aux réservoirs d’eau de la ville, ainsi qu’à son système d’égouts. Avec cette annexion, le nom du Prospect Boulevard fut changé en Hollywood Boulevard. Dans le même temps, de nouveaux pionniers du cinéma avaient commencé à s’installer à Los Angeles. La ville avait pour elle un climat extrêmement clément et du soleil toute l’année, idéal pour filmer en extérieur. Et quand nous disons filmer en extérieur, il faut bien comprendre qu’en ces années-là quasiment toutes les scènes étaient jouées en extérieure, pour bénéficier de la lumière du soleil indispensable pour les caméras. Y compris donc les scènes d’intérieur. Les décors intérieurs étaient reconstitués en extérieur pour les besoins du tournage comme on peut le voir sur cette photo datant de 1923 prise dans les studios Vitagraph à Hollywood.

Los Angeles était aussi très éloignée de la côte Est où Thomas Edison, qui avait déposé de nombreux brevets sur les procédés techniques du cinématographe, rançonnait les producteurs. Les nouveaux pionniers du cinéma sur la côte Ouest, installés à Los Angeles, eurent tôt fait de comprendre que les espaces encore vacants de la nouvelle bourgade d’Hollywood étaient idéals pour y monter leurs studios à moindre frais. Ironiquement, la ville d’Hollywood avait voté dans sa charte municipale l’interdiction de construire toute salle de cinéma, mais cela importait peu aux producteurs qui souhaitaient avant tout tourner leurs films qui seraient projetés à Los Angeles et au-delà. Ainsi en 1910, le premier court métrage jamais réalisé à Hollywood fut-il tourné, et au milieu des années 20, Hollywood était devenue la nouvelle capitale du cinéma. Dans le même temps, la ville s’était développé à grande vitesse, et Whitley continua de l’étendre en ouvrant de nouvelles zones à la construction. En 1923, il imagina une luxueuse zone pavillonnaire sur le flanc des collines en surplomb d’Hollywood. Il nomma le projet Hollywoodland, et pour en faire la promotion, il décida d’élever sur le sommet de la colline surplombant son nouveau complexe, un immense panneau publicitaire HOLLYWOODLAND, en lettrage de 15 mètres de haut et 9 mètres de large. L’enseigne géante fut équipée de 4000 ampoules qui s’allumaient la nuit en éclairant successivement “HOLLY”, puis “WOOD”, puis “LAND”, et enfin l’ensemble du nom “HOLLYWOODLAND”. En dessous de l’enseigne, il plaça un très puissant spot qui balayait le ciel de droite à gauche. L’enseigne était parfaitement visible depuis le centre d’Hollywood. Les lots furent vite vendus, et la construction de villas commença. Il avait été prévu que l’enseigne publicitaire soit démontée au bout de 18 mois, mais finalement personne ne pris la peine de le faire. L’enseigne finit par se détériorer, si bien qu’en 1949, la chambre de commerce d’Hollywood finança une rénovation, en prenant soin d’abattre les quatre dernières lettres de manière à ce que le panneau fasse désormais la publicité de la ville d’Hollywood et non plus des quelques pavillons d’Hollywoodland. L’éclairage, trop coûteux fut par contre définitivement abandonné. Mais le nouveau Hollywood Sign continua de se détériorer au fil des années, si bien qu’au début des années 1970, le dernier “O” était entièrement effondré, et le premier partiellement. On lisait à l’époque “HuLLYWO D”.

Le Hollywood Sign en 1978 avant sa rénovation

Hugues Hefner, le fondateur de Playboy lança une grande campagne pour rénover le Hollywood Sign. L’argent récolté auprès de stars du cinéma ou de société d’Hollywood permis la rénovation complète de l’enseigne telle que vous la voyez encore aujourd’hui. 

Les Two Stone Gates sont donc ce qui reste de l’ancienne entrée de ce quartier privilégié d’Hollywoodland sur le flanc des collines d’Hollywood. En prenant à droite sur Westshire Drive à l’intersection, vous voyez devant vous au numéro 2700 un magnifique petit chalet tout droit sorti d’un conte de fée ou d’un dessin animé Disney. C’est aujourd’hui une agence immobilère, la Hollywoodland Realty Company, mais à sa construction, cette petite villa située juste en face de l’entrée du quartier était un pavillon témoin que l’on faisait visiter aux potentiels acquéreurs afin de les convaincre d’investir. Le style architectural est du pure Provincial Revivalism, qu’on appelle plus couramment le Storybook Style ou encore le style Hansel and Gretel. Ce style était assez en vogue dans les années 20 et 30 à Los Angeles, et par exemple, les studios Chaplin furent construits dans le même style. Vous trouverez tout au long de votre promenade de nombreux exemples de maisons de ce style. 

Les Two Stone Gates en 1924

 

Sur la photo ci-dessus, on voit les Two Stone Gates et la maison témoin déjà achevée, ainsi qu’un bout du Hollywood Sign qui dépasse derrière la colline sur la gauche. On est au tout début du lancement du projet. Quelques mois plus tard, les premières constructions apparaissent sur ce second cliché :

La maison témoin et la construction des premières maisons

Continuez sur Westshire Drive puis prenez tout de suite à gauche sur Woodhaven Drive. Après avoir dépassé la courbe, vous découvrirez sur votre droite une des villas d’origine, construite en 1924 par la Hollywoodland Real Estate Development Company. Ce château médiéval blanc et bleu d’inspiration toscane est celui en construction juste derrière la maison témoin sur la photo ci-dessus. Le producteur à succès Alexander Pantages (à qui on doit le Pantages Theatre sur Hollywood Boulevard) acheta cette maison en cadeau à sa fille pour son mariage. Plus tard, Clark Gable et Carole Lombard emménagèrent dans la demeure après leur mariage. Composée de 12 pièces dont 4 chambres et 3 salles de bain, elle possède plusieurs terrasses dont une au sommet de sa tour. Si vous étiez tenté par son acquisition, sachez qu’elle a trouvé preneur en 2017 pour 1.7 millions de $, probablement avant sa rénovation car elle est estimée aujourd’hui autour de 2.5 millions de $.

Continuez sur Woodhaven Drive. Un peu plus loin sur votre gauche, au 2741, un autre exemple d’architecture Storybook Style, mais plus sobre, et toujours d’origine (construite en 1925). Continuez jusqu’à ce que vous débouchiez de nouveau sur Beachwood Drive. Prenez à droite, puis tout suite de nouveau à droite en empruntant votre premier escalier. Attention, il est très facile de manquer l’escalier, enchâssé entre deux maisons. Vous déboucherez sur Westshire drive, que vous prendrez sur la droite. 

Toute de suite en sortant de l’escalier sur votre droite, vous apercevez une porte de garage et le portail franchement modeste de ce qui pourrait paraître un pavillon de banlieu somme toute très banal. Ne vous fiez pas aux apparences, car dans ces collines le dénivelé est trompeur. Derrière cette porte au 2835 Westshire Drive, se trouve une villa de 450 m2 accrochée à la colline, sur deux étages (l’entrée se trouvant directement au premier étage). La terrasse à l’avant de la maison (avec piscine et jacuzzi) offre une vue panoramique sur Hollywood. Et cette maison aurait appartenu à Johnny Depp à la fin des années 90.

La maison voisine à sa gauche au 2829 Westshire Drive semble encore plus petite si l’on se réfère à la façade visible depuis la rue. C’est là encore très trompeur car la demeure sur 3 étages qui se cache derrière le portail est un manoir construit en 1932 connu sous le nom de Westshire Manor, qui a appartenu un temps à Bela Lugosi, un acteur d’origine hongroise qui a connu la gloire dans le rôle de Dracula en 1931. A cause de son accent d’Europe de l’est, Bela Lugosi se trouva le plus souvent confiné à des rôles de méchants dans des films comme Le Fils de Dracula, ou encore White Zombie, souvent aux côtés de la star de l’horreur Boris Karloff (connu pour ses rôles costumés comme Frankenstein ou La Momie). Même si Bela Lugosi n’a sans doute pas résidé bien longtemps dans cette somptueuse demeure, cela sera suffisant pour en faire qu’on se rappelle de cette propriété comme le manoir de Dracula.

Le Westshire Manor, vue opposée à la rue

Continuez sur Westshire Drive en restant à droite au prochain embranchement. En dépassant le 2781, un terrain toujours vacant (dont la valeur dépasse le million de $) vous offre un aperçu sur le panorama dont jouissent ces maisons accrochées à la colline. Vous êtes d’ailleurs directement en surplomb du château blanc et bleu croisé au tout début de votre visite, que vous devriez pouvoir apercevoir du dessus.

Dans le virage suivant, sur votre gauche, deux lots sont encore vacants également. Un petit escalier montre directement à flanc de colline (ne l’empruntez pas, c’est une propriété privée). En contemplant cet emplacement, on imagine mieux le travail de terrassement nécessaire pour construire le moindre édifice sur ces collines. Continuez jusqu’au virage suivant : en face, sur votre gauche, tout en haut de la colline, deux façades attirent le regard. A gauche, une villa tout en hauteur sur 4 étages (avec l’entrée sur rue au 2875 Hollyridge drive, au dernier étage tout en haut, tellement la pente de la colline est importante). Elle date de 1927 et dispose d’une tour d’aspect médiéval conforme au style Storybook. A sa droite, un autre choix architectural a été fait pour contrer la pente. Construite en 1960, afin d’éviter la problématique d’une demeure sur 4 niveaux, c’est une maison moderne sur 2 niveaux, qui se prolonge sur pilotis au-dessus du vide (2871 Hollyridge Drive). 

Continuez encore un peu sur Westshire Drive : dans le virage suivant, sur votre gauche, un escalier s’élève au milieu de la végétation, pris en sandwich entre deux maisons. Empruntez le pour rejoindre la jonction de Pelham Place et Hollyridge Drive. Arrivé en haut de l’escalier, en face de vous, une façade de château fort médiéval vous fait face. Ce n’est qu’une façade : il s’agit en réalité d’une villa relativement moderne construite dans les années 60 qui fait face à la vallée de l’autre côté du mur sur rue.

Prenez à gauche sur Hollyridge Drive. Arrivé au 2871 Hollyridge Drive sur votre gauche, vous êtes devant la maison sur pilotis que vous aperceviez depuis le bas des escaliers. Et juste à sa droite, la maison sur 4 niveaux avec la tour médiévale. Si vous vous mettez juste entre les 2 bâtiments, devant l’escalier (privé, ne pas descendre) qui rejoint la terrasse au pied de la maison de droite, vous devriez apercevoir un splendide panorama sur Hollywood, avec pile au centre, la tour circulaire de Capitol Record coiffée de sa flèche.  

Continuez sur Hollyridge Drive. A la prochaine fourche, restez bien sur la droite sur Hollyridge Drive. Puis à la deuxième courbe après la fourche, au niveau du 2935 Hollyridge Drive, le Hollywood Sign réapparait devant vous. Continuez encore un moment, jusqu’au 3057 Hollyridge Drive. Juste après, prenez l’escalier sur la gauche qui redescend jusqu’à Beachwood Drive. Attention, il est extrêmement facile de rater l’étroit escalier. 

En débouchant sur Beachwood Drive, avant de prendre vers la gauche, jetez un oeil au petit cottage digne de la chaumière des 7 nains sur votre droite, au 3036 N Beachwood Drive (la deuxième maison sur votre droite). Elle fait partie des maisons d’origine de Hollywoodland, avec son architecture Storybook Style très marqué, et était à l’heure où nous écrivons ces lignes, disponible à la location pour 6500$ par mois. 

Puis reprenez sur Beachwood Drive en descendant vers le sud. Nous sommes dans le creux d’une petite vallée entre deux collines, aussi les maisons sont ici sur le plat ou presque. Leur architecture est plus traditionnelle et leur jardin avec plus de végétation. Restez sur la gauche pour continuer sur Beachwood Drive à la première fourche. Sur votre gauche à l’intersection, une nouvelle chaumière inspirée des contes de fée. 

Un peu avant l’intersection suivante, sur votre gauche, au 2910 N Beachwood Drive, une des toutes premières maisons construite à Hollywoodland en 1924. Son architecte, John DeLario, est le même que celui de la maison témoins en face de l’entrée du quartier. C’est aussi lui qui conçut les Two Stone Gates, le portail d’Hollywoodland. Au total, il signera l’architecture d’une trentaine de maisons du quartier d’origine. La maison juste à sa droite, au 2904 N Beachwood Drive, est également de 1924 et marquée par le style conte de fée. 

Restez à droite à l’embranchement pour continuer sur Beachwood Drive. Puis à gauche tout de suite après, toujours sur Beachwood Drive. Enfin, prenez à droite sur Woodshire Drive, mais immédiatement après l’embranchement, vous devriez voir un nouvel escalier sur votre droite. Ce sont les Saroyan Stairs. Les deux côtés de l’escalier sont séparés par ce qui était à l’origine une succession de petites cascades sur toute la hauteur de l’escalier. Aujourd’hui, l’eau a été remplacée par des plantes. Montez jusqu’à Belden Drive, puis prenez à gauche.

Continuez jusqu’à l’intersection suivante, où un nouvel escalier se trouve entre les deux branches de la fourche, en face de vous. L’escalier débouche sur Durand Drive, que vous prendrez sur la gauche. Comptez deux maisons sur votre gauche, avant de tomber sur une palissade de bois blanc laissant apparaître au-dessus la Skyline de Downtown Los Angeles à l’horizon au-dessus des collines. Continuez jusqu’au virage suivant et retournez vous pour voir de nouveau le Hollywood Sign. Le virage encore suivant vous redonnera un point du vue sur plus dégagé sur Downtown. Puis prenez à gauche en épingle à cheveux sur Flagmoor Place pour revenir sur Belden Drive.

Vue sur Downtown derrières les villas accrochés aux collines d’Hollywood

En débouchant sur Belden Drive, devant vous sur la gauche, une villa moderne accrochée en surplomb de la route dénote dans le quartier de par son architecture Mid-century modern, un style très en vogue dans les années 50-60 (on en trouve d’innombrables exemples dans la ville de Palm Springs). C’est l’une des premières réalisations de l’architecte californien Ed Niles, en 1966. Elle aurait appartenu à Milt Davis, une ancienne star du football américain. 

Contournez-la par la Belden Drive. Juste en face de la rampe d’accès au garage, un nouvel escalier rejoint Woodshire Drive. Prenez à droite sur Woodshire jusqu’à Belden Drive, puis à gauche pour rejoindre le point de départ de cette boucle. Juste avant de rejoindre les Two Stone Gates, sur votre droite, une supérette, le Beachwood Market est le seul commerce de proximité pour tout Hollywoodland, et une bonne occasion d’acheter de quoi se rafraîchir ou grignoter au besoin. Ou pour une plus grosse faim, le Beachwood Cafe adjacent sert des breakfasts américains pour 10-12$ par personne (pas donné mais ça reste raisonnable pour la localisation) dans un décor rétro.

Retournez avant de partir devant la maison témoin d’Hollywoodland en face des portes du quartier. Placez vous au pied des quelques marches qui donnent accès à la devanture de l’agence immobilière. Puis regardez en direction de Belden Drive, vers le Beachwood Cafe et le Beachwood Market. C’est ici et dans cette axe qu’a été tournée l’une des scènes mythiques du film de science fiction de 1956, Invasion of the Body Snatchers. Dans ce film, une invasion extraterrestre de la terre a commencé dans la ville fictionnelle californienne de Santa Mira. Les humains sont progressivement remplacés par des clones dénués d’émotion au moyen de pods extraterrestres capables de cloner les êtres humains. Le docteur de la ville et son ancienne fiancée découvrent ce qui est en train de se passer dans la ville, mais sont repérés par les clones qui se lancent à leur poursuite dans les rues de la ville. Le fameux plan de leur fuite, poursuivis par une horde de clones sans émotion, avec les sirènes anti-incendie en fond sonore a été tourné exactement depuis l’endroit où vous vous trouvez : 

Le panneau Real Estate en bas à droite de la photo est sur le muret de la maison témoin, juste à gauche des marches devant lesquelles vous vous trouvez. Le bâtiment sur la gauche est l’actuel Beachwood Cafe. Et on devine derrière l’enseigne de l’étoile Texaco (la station service n’existe plus), la façade de profil du Beachwood Market. Dans la scène suivante les deux héros s’échappent, en gravissant les marches du second escalier que vous avez emprunté au début de votre boucle.

Rejoignez votre voiture.

Vous avez apprécié ce début de circuit ? Découvrez l’intégralité de ce circuit dans un package complet comprenant la carte détaillée avec tous les points d’intérêt, le tracé de l’itinéraires sur la carte, le texte intégral et illustré de description du circuit aux formats PDF, Kindle et ePub, imprimable ou chargeable dans vos téléphones portables. 

 

Offre spéciale – Durée limitée

(Paiement par carte bancaire ou Paypal – téléchargement immédiat après règlement)

Un circuits de découverte de Hollywoodland et une carte adaptée à la consultation sur place

Notre expérience du voyage nous a conduit à trouver la formule optimale d’exploration des villes : une grande préparation en amont pour identifier tous les points d’intérêts, l’élaboration du meilleur circuit pour les explorer, et un outil efficace sur place pour suivre le tracé de ces circuits et identifier tous les points d’intérêt. Cet outil, ce sont les cartes interactives avec géolocalisation de votre position, sur un téléphone portable. C’est beaucoup plus efficace qu’un plan papier, et vous passez en outre beaucoup plus inaperçu dans la ville à consulter votre mobile qu’avec un plan à la main.

Un circuit de découverte de Hollywoodland consultable sur vos téléphones, tablettes ou liseuses

Aussi, nous nous proposons de vous faciliter votre visite de Hollywoodland en accédant à notre circuit au format PDF, Kindle (.mobi) et Epub (liseuses électroniques génériques), mais aussi à la carte interactive correspondante avec le tracé du circuit et les différents points d’intérêt.

Vous recevrez donc :

  • notre circuit au format PDF (pour le charger dans vos téléphones portables ou tablettes et/ou l’imprimer) soit 24 pages de descriptions détaillées
  • notre circuit au format Kindle (pour les charger dans votre liseuse Amazon Kindle)
  • notre circuit au format ePub (pour les charger dans votre liseuse électronique générique ou dans votre téléphone portable)

Une carte interactive avec le tracé du circuits de découverte de Hollywoodland et les points d’intérêt

Vous aurez également accès à une carte Google Maps détaillées de ce circuit, dans laquelle vous retrouverez le tracé précis du circuit, et tous les points d’intérêt cités dans le circuit (monuments, restaurants, magasins, lieux insolites etc.).

Vous recevrez également une documentation pour installer l’application gratuite Maps.me sur votre téléphone portable ou tablette, charger la carte de Hollywoodland et le tracés du circuit et ses points d’intérêt dans Maps.me, ainsi que le fichier au format KMZ regroupant les points d’intérêts et le tracé du circuit nécessaires pour charger le circuit dans Maps.me

Une application gratuite pour suivre le tracé du circuit découverte de Hollywoodland sur vos téléphones portables et tablettes

Vous pourrez consulter en ligne la carte de Hollywoodland depuis votre ordinateur pour préparer votre séjour, mais vous pourrez également la charger dans vos téléphones portables via l’application gratuite Maps.me pour une utilisation une fois sur place à Los Angeles : vous disposerez alors d’une carte détaillée de Hollywoodland, du tracé des circuits et de l’emplacement des routes, des points d’intérêts, sur votre téléphone portable (ou tablette), en mode hors ligne (sans avoir besoin de vous connecter à internet par wifi ou réseau mobile, sans aucun surcoût). Vous pourrez même utiliser gratuitement la fonction GPS de votre téléphone pour visualiser votre emplacement exact sur la carte à tout moment, et suivre facilement le tracé des circuits.

Nous vous conseillons d’ailleurs de suivre les itinéraires à deux, avec chacun un téléphone portable : l’un suit le tracé sur la carte et vous dirige dans les rues de Hollywoodland, l’autre suit les itinéraires sur les documents PDF ou ePub/Kindle, et lit les différentes informations sur les lieux rencontrés.

Pour 9.90€ seulement (Offre Spéciale – au lieu de 14.90€ – durée limitée), nous vous simplifions la vie et vous permettons de suivre nos circuits dans les rues de Hollywoodland avec tout le confort de cartes et plans interactifs, ainsi que tout le contenu du circuit dans le creux de votre main !

Offre spéciale – Durée limitée

(Paiement par carte bancaire ou Paypal – téléchargement immédiat après règlement)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *