Tests COVID pour partir ou revenir des Etats-Unis

Avec la réouverture des frontières, mais aussi avec la nouvelle vague Omicron qui frappe autant l’Europe que les Etats-Unis cet hiver, les règles d’entrée sur le territoire américain, ainsi que pour les voyageurs au retour des Etats-Unis, n’ont pas cessé d’évoluer. Nous faisons le point à la fois sur les obligations légales en place, mais également sur la façon dont elles sont implémentées dans les faits, et sur les options de test à votre disposition une fois sur le territoire américain.

 

Quelles sont les obligations en matière de test pour entrer sur le territoire américain par avion ?

 

Au-delà de la nécessité de présenter un schéma vaccinal complet de 2 doses (ou une dose pour les vaccinés Jansen) pour les personnes majeures, toutes les personnes voyageant à destination des Etats-Unis doivent présenter un test antigénique (ceux qu’on fait dans les pharmacies notamment, avec un résultat dans les 15 minutes) ou PCR (ceux qu’on fait dans les labos, avec un résultat sous 24-48h) négatif, de moins de 24h à l’embarquement. En réalité, vous devez présenter un test dont la date de prélèvement sera soit le jour du départ, soit la veille du départ (sans prendre en compte l’heure de prélèvement par rapport à l’heure du décollage). Les enfants de moins de deux ans ne sont pas concernés par les tests Covid.

Le plus simple à l’aller est donc de faire un test antigénique en pharmacie, le matin de la veille de votre départ (afin d’avoir le maximum de temps pour vous retourner en cas de test positif). Vérifiez si votre pharmacie nécessite une réservation d’un créneau à l’avance ou pas, et si elle est bien ouverte la veille de votre départ (notamment pour les départs le lundi par exemple).

En cas de test positif, rien ne vous empêche de tenter un second test dans une autre pharmacie par exemple, par acquis de conscience, avant de tout annuler, afin d’être sûr de ne pas faire face à un faux positif.

Votre test est censé être contrôlé par la compagnie aérienne qui vous embarque, soit lors de l’enregistrement en ligne (via un système de soumission en ligne de vos documents sanitaires), soit lors de l’enregistrement le jour du départ à l’aéroport, soit lors de l’embarquement. Théoriquement, la compagnie aérienne est également tenue de vous faire remplir un formulaire spécial qui est requis par le gouvernement américain, bien que de nombreux voyageurs semblent ne pas avoir eu besoin de le remplir. Le test Covid et les certificats de vaccinations sont donc vérifiés avant le départ par la compagnie aérienne, et non sur place à l’arrivée, lors du contrôle aux frontières.

Quelles sont les obligations en matière de test pour rentrer en France, en provenance des Etats-Unis ?

 

Début décembre, le gouvernement français a introduit une nouvelle condition de test anti-covid négatif (PCR ou antigénique) datant de moins de 48h pour tous les voyageurs en provenance d’un pays extra-européen. Tous les voyageurs à destination des USA sont donc concernés par cette nouvelle contrainte au retour et devront se faire tester aux Etats-Unis avant de pouvoir rentrer en France. 

Là encore, la responsabilité du contrôle semble échoir à la seule compagnie aérienne qui vous acheminera au retour. Il n’y a, a priori, pas de contrôle à la police des frontières à l’arrivée en France, d’après tous les témoignages que nous avons retenus.

Si vous ne pouvez présenter un test négatif de moins de 48h à votre embarquement, la compagnie aérienne peut vous refuser d’embarquer. Certaines compagnies offrent un minimum de souplesse dans le cas où un incident vous aurait empêché d’obtenir votre test à temps, mais elles ne sont pas légalement tenues de le faire, et vous risquez donc potentiellement de perdre votre vol retour.

Qu’en est-il d’un vol retour avec escale dans un pays européen ?

 

Dans le cas où votre vol retour fait escale dans un pays européen tiers, en toute logique, vous devriez être soumis à la même obligation de test négatif au retour pour entrer en France. Mais en pratique, si le pays d’escale, par exemple l’Allemagne, ne requiert pas de test Covid pour l’entrée sur son territoire en provenance des USA, il semble bien que la compagnie aérienne ne vous exigera pas de test Covid pour embarquer sur le vol à destination de cette première escale. Et comme votre vol suivant sera un vol intra-européen, et que la France ne requiert pas de test pour les voyageurs à l’intérieur de l’Europe, aucun test ne vous sera de fait demandé non plus sur ce second vol. 

Donc dans les textes, il y a bien une obligation de test pour les voyageurs de retour des USA via une escale européenne à destination de la France, mais si l’escale ne requiert pas ce même test, dans la pratique, il ne sera jamais contrôlé. Comme l’obligation légale reste valable, cette remarque ne doit pas être interprétée comme une garantie que vous ne serez jamais contrôlé, mais les retours que nous avons jusqu’à présent vont dans ce sens. 

Où et comment se faire tester aux Etats-Unis ?

 

Nous abordons ici la partie la plus sensible et la plus complexe : où et comment trouver un lieu où se faire tester, si possible gratuitement ou pour pas cher, et avec la garantie d’un résultat rapide, reçu avant l’heure de votre départ (ou plutôt de votre enregistrement ou embarquement)?

On peut lire énormément de choses sur Internet à ce sujet. Nous avons recueilli de nombreux témoignages dans les forums et sur les réseaux sociaux, ainsi que directement auprès de nos premiers clients de retour des USA à Noël, et la première conclusion de ces retours, est qu’il ne faut croire personne qui se propose de vous donner LA bonne astuce, LA bonne solution à ce problème complexe. En effet, on ne peut pas extrapoler de l’expérience d’une personne, car les conditions changent selon les Etats, selon les villes, selon les aéroports, mais également dans le temps, en fonction de l’évolution des politiques de test aux Etats-Unis, et de l’évolution de la pression épidémique. Ce qui a fonctionné pour quelqu’un il y a 15 jours ne sera plus forcément vrai pour vous quand vous y serez. 

Nous allons donc vous donner des conseils, vous présenter un ensemble d’options potentielles, afin de vous laisser le maximum de possibilités pour trouver la bonne option une fois sur place, en fonction des conditions locales à vos dates quand vous y serez.

Il est donc clair que la situation est totalement hétérogène en fonction de l’Etat et de la ville où vous devez effectuer votre test. La difficulté de réalisation de ce test et la garantie de recevoir les résultats à temps avant votre départ varient complètement d’un lieu à un autre, et varient dans le temps.

Se faire tester en pharmacie

Les premiers voyageurs ayant dû faire face à la problématique de se faire tester en tant que touriste étranger aux Etats-Unis semblent avoir réussi à se faire tester gratuitement dans les grands réseaux de pharmacies américaines, comme CVS ou Walgreen. Les modalités de gratuité des tests, ainsi que de types de tests proposés dépendent de chaque Etat, qui ont pu mettre en place des politiques différentes en la matière. Ainsi, en essayant par exemple de réserver un test Covid dans une pharmacie Walgreen près de Boston dans le Massachusetts, il nous a été impossible de trouver une option de test antigénique, alors que les Walgreen localisés à quelques dizaines de kilomètres plus au nord, de l’autre côté de la frontière du New Hampshire, proposaient tous cette option.

A priori, il est la plupart du temps nécessaire de réserver un créneau de test sur les sites web respectifs de ces réseaux de pharmacies (mais rien ne vous empêche de tenter de vous déplacer sur place au cas où). Attention : ces sites ne sont pas toujours accessibles depuis l’étranger, il est parfois nécessaire (comme pour le site de CVS) d’être présent aux Etats-Unis pour accéder au service de réservation. 

De nombreux témoignages en ligne indiquent que ces tests sont gratuits, y compris pour les voyageurs étrangers. C’est probablement possible dans les faits (nous ne remettons pas en cause le fait que certains aient réussi), mais lorsque vous réservez un rendez-vous pour un tel test, sachez qu’il vous sera demandé votre situation, et notamment votre compagnie et police d’assurance américaine. Comme vous n’en avez pas, on vous demandera généralement à la place, votre numéro de sécurité sociale américaine (que vous n’avez pas non plus), ou un numéro d’une pièce d’identité légale américaine (permis de conduire américain par exemple) : autant d’éléments qui attestent de votre état de résident légal sur le territoire américain. Faute de témoignage plus précis, nous ne savons pas comment remplir ces champs obligatoires du formulaire de demande de rendez-vous : si vous tentez cette option, essayez de répondre par exemple avec un numéro de carte d’identité française, ou n’importe quel numéro qui semble fonctionner sur le formulaire, quitte à voir sur place avec votre interlocuteur comment résoudre ces questions réglementaires.

Cependant, en cas de rebond épidémique, comme cela s’est produit fin décembre, ces réseaux de pharmacies ont vite été dépassés, et ils ne proposaient plus de créneaux de rendez-vous avant 5-6 jours, et ne garantissaient plus les résultats sous 24 ou même 48h. Si la majorité des témoignages trouvés en ligne datant d’octobre ou début décembre faisaient état d’expériences réussies dans ces pharmacies, aucun de nos clients qui ont pu voyager fin décembre n’a été en mesure de se faire tester dans une de ces pharmacies. Sans doute redeviendront-elles une option possible une fois le pic épidémique passé.

Se faire tester dans un centre de test public

La plupart des grandes villes, ainsi que la plupart des Etats, gèrent également des centres de test, que ce soit au sein de centres hospitaliers, des établissements publics, ou bien simplement dans des camions, tentes ou guérites éphémères souvent localisés dans les endroits les plus passants et visibles des grandes agglomérations, ou encore dans les gares. Certains de ces centres offrent des tests entièrement gratuits (free testing) et sans aucun contrôle préalable de votre situation légale, car ils sont justement conçus pour favoriser les tests des populations mal insérées dans le système de soin classique américain (par exemple les immigrés clandestins).

On peut trouver la liste de ces centres, ainsi que leurs adresses, et les conditions d’accueil (notamment la gratuité des tests), sur les sites web des Etats ou des municipalités. Malheureusement, ces sites ne fonctionnent pas toujours correctement, ou ne sont pas forcément toujours à jour. En voici néanmoins quelques exemples : 

En cas de pic épidémique, ces centres et notamment les tentes éphémères postés dans les endroits les plus fréquentés des grandes agglomérations nous semblent être la meilleure option pour se faire tester. Généralement ces tests sont sans rendez-vous, mais il est possible (fréquent en cas de pic épidémique) que vous soyez obligés de subir une queue assez importante (parfois plusieurs heures). C’est en tout cas l’option qui a fonctionné pour nos clients cet hiver, pendant le début de la vague Omicron (que ce soit à Miami ou New York par exemple).

A noter en outre que le nombre de ces lieux de tests varie énormément d’une ville à l’autre. Ainsi des clients ayant effectué un périple dans l’Ouest Américain fin décembre ont par exemple témoigné que s’ils avaient rencontré de très nombreuses tentes de test à Los Angeles, elles étaient quasi inexistantes à San Francisco. 

Attention au temps de retour des résultats après le test

A la complexité de trouver un lieu pour effectuer un test covid gratuit s’ajoute celle de recevoir les résultats du test à temps. En effet, bien souvent, il semblerait que les tests antigéniques, les seuls permettant d’obtenir un résultat quasi-immédiat, ne soient pas disponibles ou pas proposés que ce soient dans les pharmacies ou dans les centres de test. Or avec un test PCR, le résultat est généralement disponible sous 24-48h, ce qui rend extrêmement périlleux l’obtention du certificat de test négatif à temps pour l’embarquement. Lors des pics épidémiques, les laboratoires sont d’autant plus surchargés, et les délais augmentent encore.

Par conséquent, nous vous conseillons fortement d’effectuer votre test le plus tôt possible, soit 48h avant votre départ. Attention : à la différence du test à l’aller, ou 24h signifie la veille du départ quelle que soit l’heure du départ, au retour, il semble bien que 48h avant votre embarquement, c’est bien 48h avant votre heure d’embarquement. Ainsi, un de nos clients nous a indiqué qu’ils avaient croisé des Français à l’aéroport de San Francisco SFO qui s’étaient vus refuser par la compagnie aérienne des tests J-2 car l’heure du test dépassait les 48h par rapport à l’heure de départ des billets d’avion. Ce n’est clairement pas le cas dans tous les aéroports et par toutes les compagnies, mais vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur un personnel au sol zélé. Ainsi pour leur vol retour de SFO, nos clients ont rencontré des Français contraints d’effectuer un test express à l’aéroport facturé la somme exorbitante de 250$/personne.

Les tests sont-ils véritablement contrôlés ?

Là encore, au vu des témoignages que nous avons recueillis, la situation est totalement hétérogène et devient même ubuesque. Certains ne se sont jamais fait contrôler leur test pour le retour en France  : par exemple, une client de retour de New York n’a dû présenter son test à l’embarquement sur Air France que parce que le nom de son billet ne correspondait pas exactement à celui de son passeport (cas typique des noms d’épouse, nom de naissance). Ils ont juste jeté un coup d’œil ultra rapide sur sa feuille de test et n’ont demandé absolument aucun papier pour les autres membres voyageant avec elle. A l’inverse, la situation était totalement opposée pour des clients au retour de l’aéroport de San Francisco, avec un contrôle minutieux des dates de test. 

Les tests sont-ils fiables ?

Là encore, les témoignages que nous avons pu recueillir confinent à l’absurde. Dans certains centres de test, le personnel ne fait pas le prélèvement lui-même avec l’écouvillon dans le nez, mais vous remet l’écouvillon pour que vous le fassiez vous-même. Autant dire que personne ne se sonde très profondément et que les prélèvements sont tout sauf de qualité. A New York, une autre cliente nous explique que les écouvillons étaient enfoncés de moins d’un centimètre dans le nez : tous les tests furent négatifs, et notre cliente a pu embarquer sans problème pour la France. De retour chez elle, ayant quelques soupçons, elle a fait re-tester tout le monde en pharmacie, et il s’avéra que toute la famille était positive. Un dernier témoignage, cette fois-ci dans le sens des départs, fait état d’une personne devant embarquer pour Los Angeles et testée positive en pharmacie par un test antigénique à 24h du départ. Cette même personne a alors fait une seconde tentative dans une autre pharmacie : test toujours positif. Puis une troisième pharmacie : test négatif, elle a pu embarquer le lendemain pour les USA…

Faut-il reporter son voyage en attendant que les choses se calment ?

 

Ce n’est en tout cas pas du tout le sens de notre article. Actuellement, partir du postulat qu’on ne revoyagera que lorsque les conditions seront aussi simples et aussi claires qu’il y a deux ans, avant l’arrivée du Covid, c’est accepter l’idée de ne plus repartir en voyage avant probablement bien longtemps. Les informations que nous donnons sont là pour vous informer au mieux, et être le mieux préparé, pas pour vous faire peur. Nous tenions notamment à mettre en garde nos lecteurs sur ce que vous pouvez lire ou entendre au travers des différents témoignages de vos amis ou sur les réseaux : ce qu’a vécu une personne dans un aéroport, sur telle compagnie, à une date donnée, ne correspond pas forcément aux conditions que vous aurez, dans une autre, ville, un autre aéroport, une autre compagnie, et une autre époque. Il faut donc partir du principe qu’il faudra faire preuve d’un minimum d’adaptation sur place, et accepter l’idée que vous ne pourrez pas tout planifier, tout savoir à l’avance. Actuellement, ceux qui partent sont ceux qui ne se posent pas trop de questions : ceux qui veulent des réponses 100% sûres à toutes leurs interrogations, et une garantie de tout sur tout, sont ceux qui finissent par ne plus voyager. Et ceux qui partent ne le regrettent pas : tous les retours de nos premiers clients à avoir voyager aux Etats-Unis depuis la réouverture des frontières sont très très positifs. Voyager aux USA est le bol d’oxygène dont ils avaient besoin après des mois de contraintes, et ils ont trouvé ce qu’ils étaient venus y chercher, et plus encore.

Pour notre part, nous avons 3 voyages programmés sur les prochains mois : New York fin mars, le Grand Canyon fin avril, et l’Utah et l’Idaho en juillet-août. Nous avons hâte de partir, et vous tiendrons informer dans des mises à jour à cet article de nos expériences. 

 

Ne laissez pas l’absurdité des mesures et de la situation vous priver de voyage. Le voyage suppose un minimum d’aléas et d’imprévus. Les contraintes Covid font désormais partie de ces aléas. Acceptez-le et mettez toutes les chances de votre côté en partant informés, mais aussi en acceptant l’imprévu et en vous y adaptant au mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *